L'explosion des 18 ponts à Lille

La mélinite serait à l'origine d'une explosion considérable qui a eu lieu à Lille pendant la première guerre mondiale. 

Voir un diaporama en cliquant ici




Une carte postale, reproduite ci-dessus, © Collection personnelle Jacques Desbarbieux, envoyée de Mons-en-Barœul, en 1916, par un certain Johannes Reinhardt, membre de l’état major allemand, fait état de la destruction du dépôt de munitions des 18 ponts, à Lille. Nous avons pu identifier cette rue comme étant la rue de Ronchin à Lille.


Voici le commentaire de l’officier, en poste à l’état-major, allemand, dans le château Faucheur (l’actuel collège Lacordaire), à Mons-en-Barœul. Il écrit au dos de sa carte postale :
« Mons en Barœul le 11/02/16

Explosion de l’entrepôt à munitions de Lille le 11/01/16 : De très nombreux civils sont morts à cette occasion. Le matin, les corbillards passaient l’un derrière l’autre alors que nous étions à l’exercice. Pareillement, de nombreux cortèges funèbres ont été organisés le matin pour ceux qui étaient morts de maladie. Des restaurants et des magasins entiers sont interdits aux militaires allemands ». 
Johannes Reinhardt

Voir ces documents à la page 22 de la brochure éditée par l'association Eugénies à l'occasion de l'exposition au Fort de Mons-en-Barœul : Le centenaire de la guerre 1914 - 1918 à Mons-en-Barœul, écrit par Jacques Desbarbieux et Guy Selosse. Contact ici.


Le bastion des 18 ponts


Intégré aux fortifications, le bastion des 18 ponts était situé le long du Boulevard de Belfort, à proximité de l'emplacement actuel de l'hôpital Saint Vincent, dans le quartier de Moulins. Ce bastion des fortifications de la ville était composé d’un ensemble de casemates voûtées servant de poudrière. Il était fait de 18 arches (d’où son nom) en plein cintre sur 2 étages et de profonds souterrains protégés par de solides voûtes recouvertes d’un épais remblai. Le 1er corps de l'armée allemande y avait entreposé son matériel dont des munitions et des explosifs.



Le bastion des 18 ponts - Document ADN

Le 5 janvier 1916, un train de 50 wagons de mélinite arrive en gare de Fives. Les anglais, dans la nuit du 5 au 6 canonnent, la gare St Sauveur, les voies entre les gares de Fives et St Sauveur, les rues Danton, Trévise, Kléber occasionnant d'importants dégâts, sans atteindre le convoi. Les sources allemandes parlent de simples exercices de tirs de la part des anglais ! Les 500 tonnes d'explosifs sont transportées et entreposées dans le bastion. 




Cette photographie, prise 2 mois avant l'explosion, permet de se rendre compte de l'importance de ce dépôt de munitions. Elle a été faite à l'occasion de la visite du Prince Rupprecht de Bavière, commandant en chef de la sixième armée, au bastion des 18 ponts. 



Le bastion des 18 ponts © Musée des Canonniers de Lille


Vue des arches de la poudrière, depuis l'arsenal.

L'explosion



Un très rare document de 9 vues donne un aperçu de l'ampleur de l'explosion. 
Collection personnelle © Alain Cadet

Le 11 janvier 1916, en pleine nuit à 3 heures 30 du matin, Lille est secouée par une violente explosion tandis qu’une grande lueur jaune illumine le ciel. Le bastion des 18 ponts vient de sauter. 



Le bastion des 18 ponts après l'explosion, la comparaison avec la photographie précédente donne une idée de la puissance de la déflagration qui sera entendue à 160 km de là.


L’explosion a laissé un immense cratère de 150 mètres de diamètre et d’une trentaine de mètres de profondeur (photo ci-contre). Tout le quartier de Moulins est détruit. Les rues de Ronchin, Desaix, Kellermann, de Trévise, ainsi que les boulevards de la Moselle et de Belfort ont particulièrement souffert. Deux rues ont totalement disparues. 

Les vitraux de toutes les églises alentour, sur plusieurs kilomètres, ont été soufflés. Le bruit de la déflagration a été entendu jusqu’à Ostende, Bruxelles et Breda, à plus de 150 km. Les usines textiles Wallaert et Le Blan en béton armé ont servi d’écran protecteur. Malgré cela des débris sont retrouvés à Ronchin, la toiture de l'école des Arts et Métiers située Boulevard Louis XIV est en feu. Une pierre de plusieurs centaines de kilos a traversé l'atelier du sculpteur Déplechin, implanté rue de Douai (photo ci-contre)On constate des dégâts Place de la République, rue de Béthune, Boulevard de la Liberté et des Ecoles et jusqu’à Ascq, Hellemmes, Mons-en-Barœul et Roubaix. 



Photo aérienne de la zone prise par l'aviation allemande après l'explosion
Archives privées Alain Cadet ©

Voici un extrait du Bulletin de Lille :

« L'Explosion de Lille
Jusqu'où s'est entendue l'explosion du 11 janvier 1916. L'Informateur Général de Dusseldorf, dans son numéro du 22 janvier, donne les renseignements suivants : Nous lisons dans les feuilles Hollandaises, du jour qui a suivi l'explosion de Lille, que, dans la petite ville de Bréda, située en territoire hollandais, à mi-chemin entre Anvers et Amsterdam, on entendit, vers 4 heures du matin, un coup si violent, que les gens s'éveillèrent effrayés et ne purent s'expliquer la cause de la détonation. Lille est située à environ 160 kilomètres, en ligne droite, de Bréda, en Hollande ; et comme le moment de la catastrophe de Lille et celui de l'explosion entendue à Bréda, coïncident presqu'exactement, il semble établi que la population de Bréda a ressenti, effectivement, la vague d'air causée par l'ébranlement causé par l'explosion de Lille ».



Cette vue panoramique montre bien la protection apportée par les deux usines textiles Wallaert et Le Blan de construction récente en béton armé. Ainsi l'est de la ville de Lille a été relativement à l'abri de l'explosion.


Les restes éventrés des deux usines textiles détruites, la filature Wallaert et la retorderie de coton Le Blan (ici orthographiée Leblanc) constituent les seuls point de repère sur de nombreuses cartes postales éditées après l'événement. Ci-dessous la même carte de l'usine Leblan reproduite par deux éditeurs différents. De nombreux clichés furent ainsi diffusés, comme autant de témoignages recherchés par la population, au point de multiplier les séries de cartes postales.



Ci-dessous cette même usine Le Blan en 1850







Le bilan

L’occupant déplore officiellement 30 morts, le chiffre exact était sans doute nettement plus important, mais non avoué pour des raisons de propagande. 



Les soldats allemands tués dans l'explosion

L’explosion a détruit 21 usines et 738 maisons. On relève 104 victimes civiles, parmi lesquelles des familles entières, de 300 à 400 blessés, dont 116 grièvement. On estime le coût des dégâts en francs 1914, à 60 millions de francs. 
En termes de séquelles de guerre, cette catastrophe a eu un impact physique et psychologique énorme sur cette partie de la ville.



Les tombes des soldats allemands au cimetière de Lille-sud


Du point de vue environnemental, on peut penser qu'un nuage pollué notamment par de la vapeur de mercure émanant des munitions stockées avec les explosifs (les amorces des obus étaient à cette époque toutes constituées de 1 à 2 grammes de mercure, sous forme de 2 à 4 grammes de fulminate de mercure) est retombée sur une vaste zone sous le vent de l'explosion.




De nombreux documents photographiques, certains édités en carte postale, témoignent de l'importance des destructions.









La force de la déflagration avait été telle que des vitres furent brisées à une vingtaine de kilomètres à la ronde. Cette publicité paraît, dans la foulée, dans le Bulletin de Lille, un journal autorisé de l'époque sous contrôle allemand.


Des mesures de protection immédiate



Les secours vont mobiliser jusqu'à 4 000 personnes (photo ci-contre). La population est avertie du danger qu'elle court à toucher aux pièces de munitions qui sont dispersées. Les communications concernant des membres de famille ou parents disparus, doivent être adressées immédiatement à la mairie.


De nombreux civils s’étaient mobilisés pour aider pompiers et militaires, donnant naissance au mouvement secouriste français. Ces secouristes se sont retrouvés en 1966 pour les 50 ans du drame.


La municipalité a reçu des ordres de protéger, la propriété privée dans la partie détruite de la ville et d'y exercer la surveillance pour éviter les vols dans les habitations éventrées, comme on pouvait le constater après les bombardements de l'artillerie. (photo ci-contre)



Sur ce document issu des Archives Départementales du Nord, on remarque la foule tenue à distance qui assiste au déblaiement des maisons. On se situe au niveau du Bd de Belfort. Parmi les militaires allemands on distingue un personnage avec un brassard blanc. Quelques spectateurs portent des pelles, il s'agit donc de volontaires qui attendent de pouvoir intervenir. Tous les moyens ont été rassemblés de la charrette à la brouette pour emporter les objets récupérés qui sont emballés dans des draps.


Ci-dessus et ci-dessous, le photographe s'est placé sur le talus même du rempart, afin de bénéficier d'un point haut.



Les causes de cette catastrophe 

Un siècle après cette explosion, les causes ne sont pas toujours pas connues précisément. On a parlé d’un attentat, sans preuve, d’une bombe lancée par un avion anglais, mais personne n’a entendu le bruit d’un moteur. Plus vraisemblablement, il doit s’agir d’une détonation spontanée d’explosifs de mauvaise qualité et instables. Toutefois une autre hypothèse évoque un obus de l'artillerie à longue portée britannique qui visaient les 500 tonnes de mélinite arrivées quelques jours plus tôt. L'origine criminelle fut bien sûr la thèse allemande, qui ne pouvait accepter en public une cause accidentelle.


L'hypothèse du sabotage


En faveur de cette théorie, il faut signaler que très vite, l'autorité occupante allemande, via le Gouverneur de Lille annonce une prime à qui dénoncerait un responsable. Soupçonnant que la cause est due à un acte délictueux, une récompense d'un montant de 1 000 marks est promise à celui qui pourrait fournir des indications précises sur le ou les coupables afin qu'on puisse les arrêter et condamner. Il pourrait s'agir d'une manœuvre de diversion pour qu'on n'imagine pas une erreur de la part de l'occupant. On est en effet surpris par l'attitude de l'armée d'occupation qui au départ ne semblait pas vouloir donner une grande importance à l'accident, mais qui finalement ne peut cacher aux lillois l'ampleur des destructions, ni le nombre important de victimes civiles.



De nombreuses cartes postales seront éditées par les allemands, ce qui cadre mal avec l'hypothèse d'un sabotage qui bien entendu n'aurait pas bénéficié de la même publicité.

Un autre sujet d'étonnement est l'absence de mesure de rétorsion, avec par exemple des arrestations d'otages. Mais la population suffisamment éprouvée aurait mal acceptée cette épreuve supplémentaire, et le général von Grävenitz, commandant de la place y a sans doute pensé.

La théorie d'une destruction dirigée


En 1916, l'aviation à usage militaire est plus que confidentielle. Son utilisation ne sert pratiquement que pour du repérage. Regardez les affiches de la mobilisation en 1914, elles ne concernent que les armées de terre et de mer, l'armée de l'air n'existe pas. Un bombardement à partir d'un avion est plus qu'improbable compte tenu des possibilités techniques de l'époque. C'est seulement à partir de 1917 qu'on assiste aux premiers lâchers de bombes depuis un plus lourd que l'air, et encore de façon assez artisanale. De plus un bombardement de nuit ne peut même pas s'envisager.

C'est différent si l'on envisage des tirs d'artillerie depuis les lignes anglaises. Nous l'avons évoqué plus haut, six jours avant l'explosion, des tirs d'artillerie ont eu lieu vers la gare Saint-Sauveur, pour tenter de détruire un train de munitions destiné au dépôt des 18 ponts. Les obus sont tombés dans la gare, rue de Cambrai et rue Danton. À la suite de cette canonnade, le train a été rapidement dirigé vers la poudrière. Comme les allemands avaient minimisé les possibilités de l'artillerie anglaise lors de la récente canonnade du 5 janvier, ils leur été difficile de se déjuger.



Ces bâtiments qui étaient situés à côté de la gare Saint Sauveur ont eux aussi souffert. Dans ces hangars ce n'étaient pas des munitions qui y étaient entreposées . Ce rare document pourrait montrer les conséquences du tir d'artillerie du 5 janvier. L'aspect des structures ébranlées est plutôt ici en faveur d'un effondrement, voire d'une implosion. Peut-on imaginer la destruction comme une conséquence secondaire de l'explosion survenue au niveau des 18 arches du bastion, compte tenu de la distance ? Comme aucun matériel ferroviaire (train, wagons, rails) n'est touché, il s'agirait d'un convoi en déplacement dans cette zone. Le photographe aurait immortalisé cette scène, vers le 11 janvier, bien qu'elle n'ait aucun rapport avec l'explosion dite des 18 ponts. Ceci n'étant bien entendu qu'une hypothèse.



Le plus probable reste la cause accidentelle


De nombreuses explosions ont eu lieu dans les poudrières allemandes fin 1915 et en 1916, en raison de l'instabilité de la mélinite utilisée, d'après une note confidentielle de l'armée allemande. 

Block out des Allemands quant au nombre de soldats tués ; officiellement, une trentaine. Certains historiens mettent aujourd'hui en parallèle ce fait divers avec l'explosion de l'usine AZF de Toulouse, détruite le 21 septembre 2001 par l'explosion d'un stock de nitrate d'ammonium, ce qui entraîna la mort de 31 personnes.

Ce que l'on sait, c'est que les allemands mettaient leur caisses de mélinite sous l'eau, en raison du risque explosif mal maîtrisé. Ce n'était pas le cas au bastion des 18 ponts. Ils ne le feront qu'après l'explosion du 11 janvier 1916. Certains habitants du quartier s'étaient d'ailleurs inquiétés, à juste titre, de l'existence de ce dépôt à proximité d'une zone très peuplée.

Un effet de souffle

Les destructions sont inégales et évoquent plus un effet de souffle qu'un bombardement venu d'en haut.
Les tuiles des toitures sont envolées ainsi que les menuiseries brisées ou arrachées. Les structures métalliques sont tordues comme fétus de pailles.

Il est étonnant de constater que les premières façades, juste devant le boulevard, ont parfois mieux résisté que des bâtiments à l'arrière plan. L'onde de choc s'est propagé un peu en hauteur au début sans doute et s'est déroulée au sol ensuite, et pour les premières maisons, un peu désaxées et étant protégées par le talus du bastion voisin, leurs façade ont été un peu épargnées et sont restées presque intactes ce qui n'est pas le cas des bâtiments plus lointains.

La voie ferrée double est intéressante. Ce chemin de fer de ceinture desservait l'ensemble de la fortification en empruntant la " rue militaire* " terme technique pour désigner à l'époque des fortifications cette voie qui longeait les remparts et ceinturait la ville, même si des noms de rues étaient déjà attribués (boulevard de Belfort, d'Alsace etc.). On remarque que de cette voie ferrée, un embranchement s'en écarte, il se dirigeait vers l'intérieur du bastion pour desservir en matériel, magasins et poudrières. On retrouve cette voie pénétrante sur les rares photos du site explosé et des cratères.


*  Si le terme de " rue militaire " s'applique pour les fortifications urbaines, on retrouve par analogie celui de " rue du rempart " dans les fortifications telles que les Forts, Batteries et autres ouvrages isolés et qui désigne pareillement le cheminement desservant les différentes plateformes de tir.



Certaines images sont malheureusement semblables à toutes celles qu'on l'on retrouve après des cataclysmes, mais ici cette tempête a été provoquée par l'homme. Rien n'a résisté. Dans ce champ de détritus et de souvenirs personnels, d'où émergent des arbres fantomatiques, on remarque quelques wagonnets des usines textile. Cette photographie, éditée en carte postale par une galerie d'art de Cologne en Rhénanie, apporte des arguments en faveur d'une explosion avec effet de souffle.

Deux pièces essentielles

Dénichées en Autriche par Alain Cadet, en mai 2016, deux photographies, reproduites ci-dessous ©, apportent des précisions grâce à leurs légendes au dos. Sur l'une et l'autre, il est noté, en écriture gothique allemande, que les dégâts sont dus aux troupes allemandes. Cela exclut donc définitivement l'hypothèse de tout sabotage ou la théorie d'un bombardement anglais à l'origine de ces destructions.


Au dos la légende : " Usines détruites par les troupes allemandes "
Ce document est pris du haut du rempart à un endroit peu utilisé par les autres photographes qui se positionnaient soit au niveau du bastion en regardant l'arsenal, soit porte de Valenciennes à la hauteur de la rue de Trévise. Ici, on est légèrement à gauche de la porte de Valenciennes. On peut se repérer avec l'usine Wallaert à droite et l'arsenal en face. A gauche, des soldats en armes et casques à pointe limitent la zone et barrent l'accès à tout promeneur éventuel. On distingue nettement les voies du chemin de fer de ceinture. Au milieu des voies, un officier semble prendre une photo des lieux tandis que tous les personnages qu'ils soient militaires ou civils (2 femmes), se tiennent bien loin en retrait hors du cadre. Nous sommes aussi à l'angle d'une rue, car le pignon effondré de la première maison porte une plaque sans doute "boulevard de Belfort". Il est probable que le no man's land à l'arrière plan corresponde au terrain des magasins militaires dévastés devant le bastion. Il y a encore une présence militaire, plusieurs jours après l'explosion. On sait que 4 500 pionniers avaient été mobilisés.


Au dos la légende : " Gare détruite par les troupes allemandes "
Il s'agit en fait de la chaufferie d'une usine, une de celles que l'on sait détruites dans ce quartier. Le massif circulaire à gauche est en fait la base de la cheminée. Ce qu'on aperçoit à sa droite dans le bâtiment effondré n'est pas un train ou des wagons mais ce sont les chaudières. Il y en a huit côte à côte, dont les portes des foyers sont béantes.
Nous avons vu cette disposition dans d'autres usines textiles (comme Cavrois-Mahieu à Roubaix) où les foyers sont en enfilade dans un bâtiment et la cheminée recueillant les fumées se trouve en toute logique en bout de chaîne. 
A gauche devant un wagon, c'est l'extrémité du tapis roulant chargé de récupérer les scories (cendre, résidus) à la base des foyers et de les déverser dans le wagon qui les évacuera.  Nous sommes dans la zone d'approvisionnement en combustible pour l'usine et d'évacuation des déchets.


Les obsèques des victimes

Les obsèques des victimes ont eu lieu le samedi 15 janvier 1916, à 10 heures 30 du matin, aux frais de la ville.



Sur la place Déliot, en face de l'église Saint-Vincent-de-Paul, dont la façade était complètement tendue de noir, étaient placées 12 plateformes, sur lesquelles étaient rangés 89 cercueils. Aux angles de chacune d'elles, se tenait un pompier. Quelques victimes, réclamées par leurs familles, pour des funérailles individuelles, avaient déjà été inhumées.
Monseigneur 
Charost, évêque de Lille, entouré du chapitre de sa cathédrale, et du clergé de toutes les paroisses de Lille, a, du haut du perron de l'église, chanté les prières des morts, auxquelles les chœurs paroissiaux ont répondu, et a parcouru la place, pour donner l'absoute.




Puis le funèbre cortège s'est mis en marche, et la foule attristée a vu passer, avec une émotion qui allait jusqu'aux larmes, le lugubre défilé des chars funèbres, conduisant à leur dernière demeure, ces personnes, hier pleines de vie, ces voisins qui s'en allaient, côte à côte, ces familles dont tous les membres avaient disparu ensemble, au cimetière du Sud, pour y dormir un éternel sommeil.


Des séquelles

En termes de séquelles de guerre, cette catastrophe a eu un impact physique et psychologique énorme sur cette partie de la ville.
Du point de vue environnemental, on peut penser qu'un nuage pollué notamment par de la vapeur de mercure émanant des munitions stockées avec les explosifs (les amorces des obus étaient à cette époque toutes constituées de 1 à 2 grammes de mercure, sous forme de 2 à 4 grammes de fulminate de mercure) est retombée sur une vaste zone sous le vent de l'explosion.


Hommages aux victimes

Un monument commémoratif à la mémoire des victimes fut inauguré le 13 octobre 1929. Il est l’œuvre du sculpteur Edgar Boutry et de l'architecte Jacques Alleman. Il est situé rue de Maubeuge, à l'angle des rues de Valenciennes et de Douai.


Il se dit que le sculpteur lillois aurait utilisé pour le monument érigé à la mémoire des victimes un morceau de pierre propulsé par l'explosion dans le jardin d'Hippolyte Lefebvre.


Au cimetière du Sud, un autre hommage dans la plus grande simplicité est rendu aux victimes civiles par des dizaines de croix blanches sur un sol engazonné.



Ci-dessus le monument reproduit sur une carte postale des éditions La Cigogne en 1967, et ci-dessous une photo actuelle au milieu de clichés d'époque.


Des précisions techniques 
           
                                                                                                                                                    
Il est intéressant d'étudier plus en détail la carte qui délimite le périmètre des destructions. Par rapport à l'épicentre, la zone atteinte se situe principalement vers le nord.



La reconstruction

On va reconstruire les usines géantes de l'industrie textile et les courées ouvrières. Néanmoins, les cours sont élargies, les maisons s'agrandissent d'un étage et sont raccordées aux réseaux urbains.

Question à Jean-Pierre Van Godtsenhove, président du Groupe Mémoire de Lille-Moulins.

Cette explosion a-t-elle complètement remodelé le quartier au point de le structurer encore aujourd'hui ?

« Deux rues ont complètement disparu et la rue de Ronchin a été rallongée vers la rue de Cambrai (aujourd'hui Jean-Jaurès). Après la fin du conflit, on a reconstruit des usines entourant le lieu de l'explosion, leurs imposantes masses ayant fait écran et protégé la ville. Les techniques et implantations du XXe siècle ont remplacé celles de la fin XIXe (Wallaert, Le Blan, Crepelle). Pour les deux premières, ces bâtiments ont été réhabilités et hébergent aujourd'hui des activités tertiaires. Le démantèlement des fortifications a été un élément plus important pour la structuration du quartier. »

Des manifestations programmées en 2016, un siècle après

Le Groupe Mémoire de Lille-Moulins, prépare pour les Journées européennes du patrimoine de 2016, une exposition sur le thème des 18 ponts. 
- Avant l'explosion : les fortifications, la poudrière. 
- L'explosion : les dégâts, les victimes, les secours, les causes, la solidarité des Lillois. 
- Après l'explosion : le champ de manœuvre, le terrain d'aviation, la reconstruction, les monuments commémoratifs. Enfin, le souvenir de la tragédie.

Groupe Mémoire de Lille-Moulins, 12, rue Henri-Dillies, 59790 Ronchin. Lieu de réunion : médiathèque de Lille-Moulins, 8, allée de la Filature, 59000 Lille.


De très nombreux documents

Voir les clichés du musée des canonniers



Carte photo avec des sentinelles allemandes © Archives privées

L'abondance des illustrations retrouvées, y compris de nombreuses cartes photos, est un argument de plus en faveur de l'origine accidentelle de cette explosion. En effet s'il s'était agit d'un acte terroriste il y aurait eu certainement un black out sur toutes ces images.


Sur cette vue, on distingue l'entrée d'une courée à côté de la maison portant le n°17. Elle est surmontée d'une petite niche qui recevait une statue censée protéger les habitants. Dans la liste des courées, on note des victimes pour trois d'entre elles : la cour des pêcheurs, la cour Mathurin et l'impasse moderne.


Ce cliché montre les allemands occupés au déblaiement des immeubles ravagés, rue de Ronchin. Le chargement de la charrette, composé de débris divers dont des matelas, est destiné aux occupants qu'il faut reloger. Les petits commerces à droite sont complètement dévastées.  Sur les photographies postérieures on découvre leurs devantures obstruées par des planches.  Aux difficultés de la guerre s'ajoutaient maintenant pour de nombreuses personnes la perte de leur logement et de leur moyen de subsistance.


Un officier allemand F. Kaiser a exécuté une série de dessins retrouvés dans un carnet, parmi ceux-ci ce croquis de l'explosion des 18 ponts à Lille en 1916, annoté : " Aussicht vom Sprengtrichter nach der Explosion ", ce qui signifie " Vue du cratère après l'explosion ". © Archives privées


Cette photographie donne une image de désolation et de compassion. On est surpris de voir les civils comtemplant les ruines au milieu des soldats allemands. Au premier plan des femmes déjà vêtues de noir viennent se recueillir dans les décombres de ce que fut un lieu de vie.


Cette photographie, retrouvée en Allemagne, a été prise à proximité de la rue Desaix. Un soldat germanique, posté en faction, surveille les quelques rares débris. Il faut empêcher le pillage, ou plutôt dirions nous la récupération d'objets dérisoires mais devenus essentiels dans un pays ravagé par la guerre. Ces vues tournées vers la campagne, nous montrent des détails (même lointains) des bastions : talus, traverses etc.
On se trouve ici sur l'emplacement de l'ancien Arsenal qui, en vue directe du bastion et dans l'axe de l'explosion, a été complètement soufflé. Comme il n'y a plus rien à voir, les photographes se sont plutôt intéressés à immortaliser à l'opposé, les dégâts en ville, mais qui ne nous renseignent pas sur la configuration même des lieux de l'explosion. Ces photos orientées vers le sud-est sont bien plus rares.



A l'angle des rues de Ronchin et Alain de Lille, ci-dessus, et à l'angle des rues de Ronchin et Trévise ci-dessous


Le quartier avant l'explosion



Un hommage


Un article de Franck Bazin publié dans la Voix du Nord 
à l'occasion du centenaire de cette catastrophe

Ce dimanche 10, pour la première fois depuis 1929 et à l’occasion du centenaire de la catastrophe, la Ville de Lille va rendre hommage aux 140 morts, essentiellement civils, de l’explosion d’un arsenal allemand.

Lille

11 janvier 1916, 3 h 30 du matin : « La puissance de la déflagration de l’air dépassa tout ce que l’on peut concevoir. Un véritable cratère s’était soudainement ouvert et des cités ouvrières avoisinantes y furent englouties. Des blocs de pierre d’un poids excédant mille kilos furent rejetés jusqu’à la place Jeanne-d’Arc distante d’environ 1 500 mètres. » Ce témoignage de Jean Lorédan est repris par Alain Cadet dans son ouvrage, L’Explosion des Dix-huit Ponts, un AZF lillois en janvier 1916.

Des dégâts hallucinants

La catastrophe lilloise offre des similitudes avec le drame toulousain : de nombreuses victimes (140 morts, plus de 400 blessés), des dégâts hallucinants (738 maisons et 21 usines rasées)... et le fulmicoton, un explosif instable. Le bastion en contenait une quantité importante et AZF était installé sur un ancien site de production.

La naissance du secourisme

C’est la pire catastrophe civile lilloise du XXe siècle. De nombreux civils s’étaient mobilisés pour aider pompiers et militaires, donnant naissance au mouvement secouriste français. Ces secouristes se sont retrouvés en 1966 pour les 50 ans du drame. Mais il n’y a pas eu de cérémonie officielle depuis 1929 et l’inauguration d’une stèle, à l’angle des rues de Maubeuge et de Valenciennes, site de la catastrophe. La manifestation de ce dimanche 10 janvier, à 10 h, sortira un moment les victimes de l’oubli.


Sources et remerciements

De nombreux documents proviennent de nos propres recherches, certains de collections privées ou d'archives comme les ADN (Archives départementales du Nord) ou le musée des Canonniers de Lille. Une mention toute particulière à Jean Caniot, Jean-Pierre Van Godtsenhoven, Alain Cadet et Guy Selosse pour leur contribution.

Pour en savoir plus, un ouvrage écrit par Alain Cadet, disponible depuis le 5 décembre 2015.



Le dimanche 10 janvier 2016 lors des manifestations du centenaire, ci-dessus, de gauche à droite, Guy Selosse, l'éditeur Frédéric Lépinay et l'auteur Alain Cadet. 


Ci-dessus, à droite Jean Caniot 
et ci-dessous, à droite Jean-Pierre Van Godtsenhoven.



La conférence au Forum de la Châtellenie de Lille
à Quesnoy-sur-Deûle le dimanche 3 avril 2016


Jean-Pierre Godtsenhoven, du Groupe Mémoire de Lille-Moulins : L'explosion des 18 Ponts à Lille.