François Eugène Turpin 
(Paris 30 septembre 1848 - Pontoise 24 janvier 1927)
A signaler plusieurs sources qui indique, de façon erronée, une naissance à Rosendaël dans le Nord de la France. Voir la suite ci-dessous >> Plus d'infos.

Le certificat de décès obtenu auprès de l'état civil de la ville de Pontoise, indique bien une naissance à Paris dans le 7ème arrondissement. Il se peut que cela ne corresponde pas au découpage actuel car les arrondissements parisiens ont été remaniés en 1860.



Dans le " Journal du Loiret " la ville de Rosendaël est citée comme lieu d'habitation de la mère d'Eugène Turpin le vendredi 6 juillet 1894. Et il est précisé qu'Eugène Turpin s'y installe.




Egalement en 1894 le " Moniteur d'Issoire " indique bien que la mère d'Eugène Turpin habite encore Rosendaël.



Dans le journal " L'Impartial " qui paraît le lundi 31 janvier 1927, après le décès d'Eugène Turpin, le lieu de naissance de celui-ci est bien indiqué comme étant Rosendaël.



L’impartial - Mardi 31 janvier 1927

L'inventeur de la mélinite vient de mourir d’une hémorragie cérébrale, à l'âge de 79 ans, dans sa petite maison de Pontoise. Turpin ! ce nom évoque bien des souvenirs. Nulle existence ne fut plus agitée et plus paradoxale que la sienne. Turpin est né à Rosendaël (Nord), en 1848, de parents très modestes. Son père était cordonnier. Eugène vint de bonne heure à Paris. Il était intelligent, curieux, cherchant à se rendre compte de tout, à tout approfondir. Il travailla d'abord dans la fabrication des jouets en caoutchouc et sa première épreuve fut d'être poursuivi pour avoir teinté ces jouets d'un coloriage estimé nocif. C'était en 1878. Le jeune ingénieur, comme cela se devait, s'attacha à découvrir des couleurs sans danger. Il envoya alors à l'Académie des Sciences un certain nombre de notes au sujet de ses recherches. En 1877, il obtint même le prix Monthyon. L'année suivante, cependant, les brevets qu'il comptait prendre pour protéger ses premières découvertes, lui furent ravis par un concurrent sans scrupules et le jeune homme en éprouva une vive amertume, un profond découragement. Mais il était digne et ferme. Il se remit au travail et dirigea cette fois ses recherches sur les explosifs. Il atteignit rapidement des résultats utiles. Citons ici M. Paul Roche qui a retracé dans le « Gaulois » l'existence de cet homme à la fois célèbre et inconnu. .../...

De même le périodique " Le Gaulois " précise bien une naissance à Rosendaël avant une installation à Paris. 

A l'occasion de sa libération de la prison d'Etampes, un certain nombre de journaux publie des articles, comme Le Républicain de la Loire dont un extrait évoque une interview de Mme Turpin accordée aux journalistes du Progrès du Nord, dans sa maison de Rosendaël. Une précision apparaît cette demeure est située avenue Thiers.

Interview de Mme Turpin mère paru dans le Républicain de la Loire le 16 avril 1893

Le Progrès du Nord publie le récit d'une entrevue que vient d'avoir l'un de ses rédacteurs avec la mère de M. Turpin, qui, comme on le sait, habite Rosendaël, près de Dunkerque :
- Mme veuve Turpin est âgée de 73 ans ; elle habite une coquette maisonnette avenue Thiers, à Rosendaël. Quand nous nous présentons chez elle, elle nous reçoit avec une affabilité des plus distinguée, parlant avec élégance, qui est maîtresse absolue de ses impressions.
Nous lui demandons :
— Votre fils doit arriver ?
— Je l'attends impatiemment, nous dit-elle.
Il ne m'a pas prévenue de son arrivée ; mais je crois bien qu'il sera près de moi demain. Sa sœur, qui est religieuse à Paris, et des cousins que nous y avons, ont dû le retenir un jour ou deux.
— A-t-il beaucoup souffert de son emprisonnement ?
— Est-ce pour m'éviter une douleur par de pieux mensonges, ou bien est-ce la vérité ?
Toujours est-il que dans toutes ses lettres, il me disait qu'il supportait facilement, vaillamment même sa captivité. Ce mot vaillamment vous fait sourire ; mais sachez que mon fils est un travailleur que rien n'arrête. Il n'a pas été un seul jour là-bas sans travailler et, par ses recherches, il a inventé une poudre supérieure à la mélinite. Il compte l'expérimenter à Paris, après avoir séjourné quelques jours seulement ici. Les résultats de sa nouvelle invention seraient merveilleux.
En disant cela, la plus grande joie se reflète sur la figure de Mme Turpin ; un éclair de fierté brille dans ses yeux, tandis que deux larmes apparaissent à ses paupières.
— Vous avez dû souffrir cruellement, madame ?
— Mon cœur de mère a connu les angoisses les plus cruelles, les révoltes les plus violentes.
Je savais mon fils innocent et on peut le saluer comme tel. Victime de Triponé et de certains éléments militaires, jaloux de voir un civil découvrir un engin de guerre aussi merveilleux que la mélinite, son innocence devait éclater un jour aux yeux de tous ; j'en étais certaine.
Et voulez-vous savoir ce qu'est mon fils ?
C'est pour moi, sa mère, un exemple de douceur et de prévenance. Pour son pays, il l'adore. Son cœur de patriote ne gardera aucun ressentiment des ennuis dont il vient de sortir et il continuera à travailler avec acharnement à ses recherches savantes pour servir sa patrie.
Croyez-vous qu'avec de tels sentiments on soit capable de commettre ce dont on l'a accusé ? Non, mille fois non.
Encore une fois, mon fils est une victime ; mon fils est innocent ; on vient de le reconnaître.
Sur ces mots, nous prenons congé de Mme Turpin en sollicitant l'autorisation de nous représenter chez elle quand son fils sera arrivé ; ce qu'elle nous accorde, du reste, avec la grâce la plus parfaite.

Mort d'Eugène Turpin l'inventeur de la mélinite 

Ses origines laborieuses. Il connaît le succès et la célébrité. Ses déboires ef son emprisonnement. La réhabilitation de l'œuvre. Un peu d'histoire, beaucoup d'histoire même, a marqué hier la disparition d'un homme.

Cet homme, c'est M. Eugène Turpin, inventeur de la mélinite, qui, sur les bords de l'Oise, à Pontoise, est mort dans la petite maison où il achevait ses jours. Il avait tout près de quatre-vingt ans, étant né en 1848. Une hémorragie cérébrale l'a emporté.

Son existence se prolongeait, oubliée ; or son nom éveillait encore des souvenirs, parfois confus, lointains, mais qui parlaient à l'imagination et à la mémoire.

« Eugène Turpin, l'inventeur de la mélinite. » Voilà ce que disait et redisait la voix populaire, et il était ainsi devenu un de ces personnages que l'on cite, sans savoir exactement de quoi bénéficie leur gloire et comment se fit leur renommée.

On se souvient que Turpin avait, brusquement, occupé le premier plan de l'actualité lors de sa découverte. Ses infortunes, ses vicissitudes, connurent toutes les gammes d'une odyssée aventureuse, et, durant de longues années, les journaux illustrés, les chroniques judiciaires et parlementaires s'occupèrent de lui.

Qu'avaient été ses origines, qu'était sa vie ?

Il était né dans le département du Nord, à Rosendaël, d'un père cordonnier. Tout jeune, il vint à Paris. La capitale attirait son esprit curieux, ouvert, entreprenant. La suite devait justifier et développer ces dispositions naturelles. Il s'occupa d'abord de la fabrication des jouets en caoutchouc. Mais il les teintait d'un coloriage qui fut dénoncé et estimé nocif par la préfecture de police. Première épreuve. On était en 1873. Let jeune inventeur s'attacha alors à découvrir des couleurs sans danger. L'Académie des sciences reçut de lui, à ce sujet, un certain nombre de communications fort intéressantes. Son labeur, son obstination se voyaient, en 1877, récompensés par, l'obtention du prix Montyon. Court sourire de la chance. Peu après, en Eugène Turpin, spolié de ses brevets, méconnu, traversa une crise d'amertume et éprouva un découragement dont il s'ouvrit seulement à ses proches.

Car il était digne et ferme. Il se remit donc au travail et dirigea ses études et ses recherches vers la question des explosifs. La voie, qui devait lui valoir la célébrité et les épreuves, s'ouvrait à lui. Ici, les détails techniques apparaissent indispensables. Eugène Turpin envisagea l'expérimentation des composée nitres de la série aromatique et, après d'habiles et patientes observations, parvint à acquérir des résultats précieux.